Rafales

Les inquiétudes de l'Armée française...

25 juin 2015 - Après des messages d'inquiétudes émanant de l'Armée de l'Air, la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées s'est ouvertes auprès des autorités civiles et militaires auditionées afin de tirer au clair le calendrier des livraisons des avions Rafales à l'Armée française.

 

Le 3 juin, Philippe Paul a interrogé le Général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air qui indiquait que le report de livraison, à l’armée française, des chasseurs Rafales, qui pourrait poser de réels problème en cas de nouveaux décalages… (Lire le compte rendu sur le site du Sénat)

 

Quelques jours plus tard, le Ministre de la Défense, répondant à Philippe Paul sur le sujet, a annoncé une livraison échelonnée de Rafales comme prévu par la Loi de programmation militaire... (Lire le compte rendu sur le site du Sénat)

 

Hier, déterminé à aller au fond de ce dossier, Philippe Paul est intervenu à nouveau sur ce sujet hier en Commission en interrogeant Eric Trappier, Président-directeur général de Dassault Aviation. (Lire le compte rendu sur le site du Sénat)

- 3 juin 2015 : question au Général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air.

 

M. Philippe Paul. - Si les contrats à l'exportation des avions Rafale sont une bonne chose pour notre économie, le décalage des livraisons d'appareils à notre propre armée fournit un réel motif d'inquiétude. La reprise de ces livraisons est-elle assurée et permettra-t-elle de rattraper celles qui ont été décalées, pour ainsi garantir le maintien de nos capacités opérationnelles ?

 

Général Denis Mercier. ... La livraison de 26 avions Rafale Air et Marine, dont 19 au profit de l'armée de l'air, est prévue par la LPM. Après le deuxième escadron à vocation nucléaire qui sera opérationnel en 2018, la livraison des Rafale devant équiper le cinquième escadron opérationnel devrait reprendre à compter de 2021 et permettre ainsi de constituer un nouvel escadron vers 2023-2024. Reporter à nouveau ces livraisons impliquerait d'étendre encore l'utilisation des Mirages 2000, ce qui peut s'avérer techniquement très problématique. L'armée de l'air a d'ores et déjà engagé de nombreux avions Rafale dans des opérations extérieures, sans compter les Rafale qui assurent en permanence la défense aérienne du territoire national et la dissuasion. Qui plus est, nous avons aussi besoin d'appareils pour assurer l'entraînement de nos propres équipages, Il faut s'assurer que l'armée de l'air ne soit pas la dernière lotie dans ce domaine !

 

Lien Internet sur les site du Sénat

- 10 juin 2015 : question à Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

M. Philippe Paul. - Monsieur le ministre, je voudrais évoquer les Rafale, sujet dont je me suis entretenu la semaine dernière avec le général Mercier. Ce dernier a dit que la livraison de ces appareils interviendrait en 2018 ; ce matin, le CEMA a indiqué que la reprise des livraisons se ferait en 2019, en fonction des livraisons aux pays étrangers. Pour le moment, on n'en sait guère plus. Pouvez-vous nous apporter des précisions à ce sujet ? L'armée de l'air française pourrait en effet n'avoir aucune livraison durant quatre ans !

 

M. Jean-Yves Le Drian, ministre. ...  Concernant les Rafale, je me réfère à mes tableaux. La production minimum de Dassault Aviation est de onze Rafale par an. Une livraison de onze appareils a eu lieu en 2014. Onze autres devraient être livrés en 2015 à l'armée française, et quatre en 2016, prévus dans la LPM. À un certain moment, nous étions dans un certain flou. Une cinquième tranche de livraison à l'armée de l'air française allait au-delà de 2019. Je ne sais si c'est à cette phase que vous faites allusion, mais celle-ci était destinée à remplacer les Mirage 2000. La base de notre flotte de chasse est de deux cent vingt-cinq Rafale. On en est aujourd'hui à cent cinquante.

Au titre de l'actualisation, l'échéancier qui été arrêté est le suivant : onze ont déjà été livrés en 2014 à l'armée de l'air française, cinq le seront en 2015, six en 2016, un en 2017, trois en 2018. On arrive au même chiffre global.

Il y aura donc bien six Frégate et vingt-six Rafale, un petit peu moins en 2015, du fait de l'accord avec l'Égypte, mais davantage en 2016.

 

Lien internet vers le site du Sénat

- 24 juin 2015 : question à Eric Trappier, Président-directeur général de Dassault Aviation.

 

M. Philippe Paul. - Un article de presse, il y a deux jours, évoquait un rapport du Général Palomeros datant de mars 2013, et un autre hier rapportait les propos d'un haut gradé de l'armée de l'air : ils se faisaient l'écho de problèmes de disponibilité des Rafale et mentionnaient également qu'un certain nombre de livraisons à l'armée de l'air seraient remises en question. Pourriez-vous nous éclairer sur ces propos ? Les ventes d'appareils aux pays étrangers impactent-elle également la version marine du Rafale ?

 

M. Eric Trappier. - Concernant la montée en charge industrielle du Rafale, je souhaiterais rappeler que les 24 avions vendus aux Qataris et les 24 autres vendus aux Egyptiens compensent les avions prévus pour les armées françaises, dont la livraison a ainsi pu être décalée dans la LPM. Par conséquent, à l'heure actuelle, avec ces deux contrats, nous ne montons pas la cadence production mais pallions le trou de production de la LPM.

Cependant, nous nous préparons effectivement à une montée en cadence à la suite du troisième contrat, voire d'un quatrième. J'ai décidé d'anticiper cette augmentation de cadence. Je rappelle que les livraisons initialement prévues pour la France devaient s'effectuer à cadence de 2,5 avions par mois ; aujourd'hui pour des raisons budgétaires, nous en sommes à un par mois, mais cela signifie que nous avons les outillages, la surface, et que toute la chaîne est prête.

Nous allons donc recruter du personnel progressivement, de façon être capable d'atteindre la cadence 3, voire au-delà, en 2019 en termes de livraison, soit dès 2016 en termes de fabrication. Nos coopérants Thalès et Safran ainsi que l'ensemble des 500 sous-traitants environ qui travaillent dans l'écosystème du Rafale vont devoir se préparer à cette montée en cadence. Nous les avons déjà réunis. Ces PME et ETI sont satisfaites de cette montée en charge. Nous n'aurons donc pas de réels problèmes à faire cette montée en cadence et nous serons à même d'assumer d'autres contrats sous un an. 

 

Lien internet vers le site du Sénat

Download
Réagir en cas d'attaque terroriste
Télécharger l'affiche pdf.
Nouveau téléchargement de fichier

Actualités

Vous trouverez, ici, des mises à jour régulières de l'actualité de votre Sénateur. Suivez le lien.

Questions au Gouvernement

Trouvez les dernières questions au Gouvernement de Philippe Paul : questions au Gouvernement

Contacter le sénateur

Joindre la permanence parlementaire ou y venir

Envoyer un message

Recevoir la newsletter

Archives

Retrouvez votre sénateur dans l'hémicycle du Sénat

En ce moment au Sénat...

Les Flux RSS sont chargés...